6 points essentiels sur l’examen de conduite

Outre la formation en code et en conduite, le candidat doit également se préparer aux examens permettant l’obtention du permis de conduire. Les épreuves se faisant en deux temps, le candidat doit avoir passé l’épreuve de code avec succès avant de pouvoir passer l’examen de conduite. Si les deux épreuves ont autant de valeur l’une que l’autre, l’examen de conduite semble plus appréhendé par les candidats. Alors pour bien se préparer à l’épreuve de conduite, voici les points essentiels à retenir.

L’épreuve de conduite en bref

images.jpg6Pour rappel, il faut savoir que pour pouvoir passer l’épreuve de conduite, le candidat doit avoir préalablement passé les épreuves de code. Une fois l’examen passé avec succès, le candidat peut alors passer par l’épreuve de conduite, lorsqu’il est jugé suffisamment préparé par l’école de conduite. En effet, c’est l’école de conduite comme le Centre Formation Sécurité Routière fournissant la formation au candidat qui évolue la progression de celui-ci, afin de lui fournir une date d’examen. L’épreuve de conduite vise effectivement à évaluer l’autonomie du candidat en tant que conducteur, ainsi que sa conscience du risque sur l’espace routier. C’est en présence d’un examinateur que le candidat passe l’épreuve de pratique de la conduite automobile.

Le déroulement de l’épreuve

Concernant le déroulement de l’examen de conduite, l’épreuve dure en tout 32 minutes. Il faut compter environ sept minutes pour les formalités administratives ainsi que l’installation du candidat dans le véhicule. L’examen de conduite dure au moins 25 minutes, durant lesquelles le candidat aura à conduire en ville et hors agglomération. Pour apprécier le niveau de conduite du candidat, l’examinateur fait alors un bilan sur différentes compétences acquises au cours de la formation auprès de l’école de conduite, à savoir la connaissance et l’utilisation des différentes commandes, l’application de la règlementation, l’adaptation de l’allure de la voiture en fonction des circonstances de la route, le respect des distances de sécurité, le partage de la chaussée, ainsi que la communication avec les autres usagers de la route.

Tests et manœuvres au cours de l’examen

Durant l’épreuve de conduite, le candidat est également soumis à différents tests. Pour évaluer son autonomie, le candidat doit se rendre dans un lieu qui lui est indiqué ou suivre un itinéraire défini au préalable. La vue du candidat est également testée par l’examinateur, à l’occasion d’un arrêt par exemple en demandant au candidat de lire un panneau de signalisation ou une plaque d’immatriculation. Au cours de l’examen, le candidat doit également procéder à une vérification technique du véhicule lors d’un arrêt, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il doit aussi répondre à une question sur la sécurité routière, dont une bonne réponse donne lieu à l’attribution d’un point supplémentaire. Durant l’examen de conduite, le candidat doit aussi effectuer deux manœuvres conformément à la règlementation, à savoir un freinage et une marche arrière.

Les erreurs éliminatoires

Pour pouvoir passer l’épreuve de conduite, il est important de noter que le candidat doit obtenir 20 points sur 30. Toutefois, certaines erreurs durant l’épreuve de conduite sont directement éliminatoires. Commettre une seule de ses erreurs suffit alors que pour que le candidat échoue à l’examen de conduite. Le candidat doit alors être particulièrement vigilant, en sachant bien évidemment que la liste de ces erreurs éliminatoires et bien longue. Parmi ces erreurs éliminatoires peuvent être cités, le non respect d’un feu rouge ou d’un stop, le franchissement d’une ligne continue, la circulation en sens interdit ou à gauche sur une chaussé à double-sens, ou encore l’intervention de l’examinateur sur les pédales ou le volant.

Résultat s de l’épreuve

A la fin de l’épreuve de conduite, un bilan des compétences du candidat est alors établi par l’examinateur. Les résultats sont alors présentés sous forme d’un total chiffré, soit le total des points attribués au candidat tout au long de l’examen de conduite. Les résultats sont ensuite transmis par mail ou par voie postale. Si le candidat a commis une erreur éliminatoire, l’examinateur l’en notifiera sur le moment. En cas de réussite à l’examen de conduite, c’est le certificat d’examen qui vaut le titre de permis de conduite durant quatre mois à compter de la date même de l’épreuve de pratique.

Procédure à suivre en cas de réussite

Dès lors que le conducteur obtient son certificat d’examen du permis de conduire, soit le CEPC, il est donc autorisé à conduire un véhicule. En cas de contrôle, c’est le document qui doit être présenté aux forces de l’ordre, en sachant que le CEPC dispose d’une validité de quatre mois. C’est durant cette durée de validité du document que le conducteur doit alors s’adresser à l’administration compétente, afin de retirer le permis de conduire à titre définitif. Concernant les modalités d’obtention du permis de conduite, à savoir les délais, les documents à fournir, etc. il convient de se renseigner au préalable auprès de l’administration compétente toujours.